ANALYSE  RÉFÉRENTIELLE
ET  ARCHÉOLOGIQUE


Auteurs Méthode Textes
Plan Nouveautés Index Liens Aide





Ennio Floris


La crise galiléenne




La mise entre parenthèses du contexte et l’analyse du miracle :

Le symposium du récit et la fraction eucharistique du pain



Sommaire
Avertissement au lecteur

Mise entre parenthèses du contexte
- Introduction
- Le symposium du récit
   - L’action de Jésus
   - Division et fraction
     eucharistique
   - Sens de la fraction du pain
   - Un récit eucharistique
   - Banquet et assemblée
     liturgique
   - Conclusion
- Les miracles du Christ
- Miracle de la croissance
- Miracle de la constitution
- Miracle du rassasiement
- Miracle de prédication
- Du miracle du Christ au
   miracle de Jésus
- Jésus accomplit un miracle
   du Christ

Mise entre parenthèses du miracle



. . . . . . . - o 0 o - . . . . . . .

La narration de la multiplication des pains
en tant que récit eucharistique


   À partir de ces premières remarques, il est acquis que l’actant du récit n’est pas le Jésus de l’histoire mais le Christ de la foi, et que l’action que celui-ci exerce sur les pains est conforme au rite de la fraction du pain. Dès lors on pourrait aussi affirmer que le récit est eucharistique. Mais pour prouver ce caractère d’une façon exhaustive, il nous reste à préciser ce qui est propre et spécifique au rite décrit par le texte, afin de le situer historiquement, à l’aide des trois étapes du processus diachronique du sens.

   Cette fraction du pain possède en propre le manque de toute référence à la mort du Seigneur. Quoique cette omission soit insuffisante pour nous autoriser à dénier le caractère eucharistique du récit, elle est par contre déterminante pour nous obliger à l’exclure du deuxième cycle du processus diachronique, où la fraction du pain prend précisément sens de la mort du Christ. Cette exclusion est confirmée aussi par le fait que le même récit ne fait pas mention de la coupe qui, dans les textes du deuxième cycle, accompagne la fraction du pain.

   Nous ne pouvons pas non plus situer cette fraction du pain dans le cadre du troisième cycle eucharistique, puisqu’elle ne constitue pas un repas « avec le Seigneur ». En effet, quoique Jésus y soit présent, il ne mange pas avec les gens : non seulement le texte ne le dit pas, mais la cohérence du récit s’y oppose. On remarquera que Jésus ne bénit les pains que pour les autres, dans le but d’assouvir leur faim, qui lui est étranger. Quant aux pains, ils sont distribués aux participants sitôt coupés, de sorte que rien n’est supposé rester dans les mains du bénisseur. La suite des actes semble s’inscrire dans une relation qui n’est pas immanente à la multitude mais transcendante, à la façon d’un acte de création propre à Dieu. Et si l’on cherche à reproduire picturalement la scène, on constatera que Jésus est plongé dans une solitude qui le détache aussi bien de la foule, qui se rassasie, que des disciples occupés à la distribution de la nourriture.
   Jésus opère sur terre, parmi les hommes, comme venant du ciel. C’est à propos que le texte de Marc souligne qu’il bénit les pains « levant les yeux vers le ciel », expression sans doute symbolique pour exprimer que la condition de son être est divine et céleste.

   Ce caractère du personnage et de son action trahit l’appartenance du récit au premier cycle de la pratique eucharistique. Ce Jésus absent et présent semble bien correspondre au Christ-Esprit propre à ces récits, dont l’impact est une relation de puissance. Là, la fraction du pain n’a pour réalité que le partage de vie par l’échange entre les personnes et la mise en commun des biens ; ici aussi elle comporte le partage de la nourriture et la communion des personnes au sein d’un banquet. Nous sommes donc encore bien loin de la fraction du pain comme sacrifice ou comme rencontre avec le Christ qui vient, cette rencontre coïncide avec la vie de la communauté elle-même, vécue comme œuvre du Christ.

   Situé dans un moment du processus diachronique du sens, le récit de la multiplication ne peut pas ne pas être eucharistique. On doit même affirmer qu’il précède les récits de la cène : c’est ce privilège d’ancienneté qui explique son insertion dans les quatre évangiles, alors que le récit de la cène est exclu de celui de Jean.



1984




Retour à l'accueil Le troisième cycle de textes eucharistiques Haut de page Le banquet de la multiplication et l'assemblée liturgique      écrire au webmestre

ti11400 : 18/04/2017